LE TRICOT "VICTIME DU COL BLEU"

Sold Out LE TRICOT "VICTIME DU COL BLEU" Agrandir l'image

47,50 €

Le Tricot "Victime du Col Bleu" est confectionné dans une Ancienne Bonneterie Française Familiale.

  • Couleur Bleu Marine
  • 100% Coton Naturel super peigné
  • Coupe Traditionnelle Marine Nationale
  • Col rond collerette, manches courtes.
  • Tricoté sur un métier cylindrique. Coupe Tubulaire
  • Sérigraphie à l'Encre à l’eau Biodégradable.
  • Réalisation Artisanale Locale.
  • Edition Limitée à 188 exemplaires.

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

History

La Marine sera mon TOMBEAU.

Ancres , Etoiles, Voiliers, Sirènes,coeurs percés, prénoms féminins barrés, slogans antimilitaristes ou fatalistes sont autant de symboles qui ornent la peau des Matafs Indisciplinés.

Très répandus dans les pays Anglo-Saxons et d’Europe du Nord. Les tatouages s’exhibent fièrement sur les avant bras des Matafs fraichement débarqués dans les Ports, les Docks et Nombreux Bistrots et Maisons Closes .

En France, C’est souvent sur le derme des Enfants du Malheur que l’on retrouve ces inscriptions. Prisonniers et Marins sont souvent indissociable.
La plupart d’entre-eux sont passés par les Sections de Disciplines et les Prisons Maritimes.

  • Trois Etoiles à cinq branches sur l’avant bras désigne les marins étant passés devant un conseil de discipline.
  • Les apprentis marins ayant été placés dans une section d’isolés (fortes têtes) se reconnaissent à une Fleur de Lys tatouée sur l’épaule ou le bras.
  • Les anciens de la Section Disciplinaire de Calvi portent une Grappe de Raisin, ceux de la Section d’Oléron portent une tête de Matelot avec pelle et Pioche Croisées et chaines en collier.
  • Les Marins Indisciplinés qui finiront plus tard dans les Bataillons d’Afrique sont d’abord passés par la Prison Maritime. On les reconnait au Mataf crucifié qu’ils arborent.

Au 19°siècle,ce sont les Médecins de la Marine qui s’intéressent de près au tatouage et notamment au conditions d’hygiènes déplorables dans lesquels ces derniers sont réalisés.

(Hutin en 1853 et ses Recherches sur le tatouage, Tardieu en 1855 dans les Annales d’Hygiène publique, puis les Dr GROUZER en 1894 avec Tatoueurs et tatoués maritimes et Guiol 1896 avec le Tatouage Maritime.)

[ Le Docteur BERCHON traite la question en 1869 dans son Histoire Médicale du Tatouage, devançant ainsi les criminologues comme LOMBROSO ou LACASSAGNE. "Médicale", l'étude tente de cerner les éventuelles complications que peut entraîner la pratique du tatouage sur un Navire où l'Hygiène est réduite au minimum et l'environnement peu favorable à une saine cicatrisation.]

source: Les Gars de la Marine – J.PIERRAT/E. GUILLON. Ouvrage conseillé par Fleurs de Bagne.