SWEATSHIRT "JO le BOXEUR"

Sold Out Prix réduit ! sweatshirt "Jo le boxeur" Agrandir l'image

69,50 €

-40%

115,83 €

Le Sweatshirt "JO le BOXEUR" est confectionné dans une ancienne bonneterie familiale française en Bretagne

  • Couleur INDIGO Naturel
  • 100% Coton Molletton Naturel.
  • Patronnage Marinière col évasé finition brute.Effet roulotté
  • Manches 3/4 finition brute. Effet roulotté
  • Sérigraphie à l'encre à l’eau Biodégradable.
  • Réalisation Artisanale Locale
  • Ed Limitée 
  • Fabriqué en FRANCE

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

History

JO ATTIA dit "JO LE BOXEUR"

Jo Attia, de son vrai nom Joseph Brahim Attia, né le 10 juin 1916 et décédé le 22 juin 1972, est un Truand Parisien des années 1940 à 1960, patron du Gavroche à Paris .

Il fut membre du GANG DES TRACTIONS AVANT et fut aussi impliqué dans l’enlèvement de BEN BARKA et dans l’affaire du colonel Antoine Argoud, opérations controversées imputées aux services spéciaux français sous l’ère gaulliste.

Abandoné par son père et élevé par ses grands parents jusqu’à ses 12 ans, Jo est placé dans une famille d’accueil car ces derniers ne peuvent plus subvenir à ses besoins.

Dans sa famille d’accueil, les raclées sont monnaies courantes pour Jo. En 1930, à 14 ans, pour échapper aux mauvais traitements, il fugue.

À Lyon,il écope de 6 mois de Prison, et fait connaissance avec un univers qui va lui devenir familier.À sa sortie, il tente l’école des mousses de Brest dont il est recalé faute d’instruction suffisante.

JO part pour Paris dont il écume le pavé. Là, il rencontre le Notaire, escroc et faussaire qui voit en lui un espoir de la boxe, mais qui refuse de le laisser se coucher devant un adversaire. Le Notaire en meurt et JO raccroche les gants. le jeune traîne alors les bars et les bals de la bastille et s’acoquine avec quelques loulous du quartier.

Première agressions, 6.35à la main, et retour à la case prison. Sept mois de préventive et non-lieu. Entre-Temps il aurait réglé son compte à Vito le Sicilien, meurtrier de son mentor en boxe, le Notaire.

JO commence à se faire un nom au Balajo de la rue de Lappe…… (Une histoire du Milieu J.Pierrat)

En 1936, à 19 ans, JO rejoint les Bat d’Af à Tatahouine pour y effectuer son service militaire.C’est dans cette école du vice et du crime qu’il y rencontre Pierre Loutrel dit « Pierrot le Fou » avec lequel il se lie d’amitié.

Comme d’autres grands noms de l’époque, JO est bousillé de la tête aux pieds.

Chaînes brisées sur les chevilles, un portrait de femme dans le dos, une guillotine sur le bras gauche et une prostituée sur le droit, diverses sentences: « mauvaise tête mais bon coeur », « Fais Gaffe » et « je t’ai vu  » sur les genoux.

Sur son visage, un cafard, c’est à dire trois points, à moitié effacé,cicatrisé, bleuissait l’intersection externe des paupières près des sourcils. Sur son corps, le plus remarquable était les trois têtes-qui décoraient son poitrail.

Cette représentation , nommée « Coeur de Voyou », signifiait « J’ai cru, j’aimé, j’ai souffert »

(Paris Gangster-Mecs,macs et micmacs du Milieu Parisien)